Inscrire la dimension

d’égalité des sexes

dans les opérations de paix

Femmes, paix et sécurité

La mission princi­pale du Conseil de sécurité des Nations Unies consiste à restaurer et maintenir la paix. Pour ce faire, le Conseil de sécurité définit les mandats des opéra­tions de maintien de la paix. L’Allemagne défend l’inscription des objec­tifs du programme « Femmes, paix et sécurité » dans les mandats et parti­cipe à de nombreuses opéra­tions de maintien de la paix. Le Centre pour les missions inter­na­tio­nales de paix prépare des expertes et experts civils aux inter­ven­tions et leur assure une forma­tion continue.

Allemagne

Penser les perspec­tives de genre : les experts civils promeuvent la parti­ci­pa­tion des femmes aux processus de paix

Parte­naire du projet
le Centre pour les missions inter­na­tio­nales de paix (ZIF)

La parti­ci­pa­tion des femmes aux processus de paix est un des piliers de l’agenda « Femmes, paix et sécurité ». Les experts civils promeuvent active­ment la parti­ci­pa­tion des femmes dans le travail qu’ils mènent lors des opéra­tions de maintien de la paix. Les besoins des femmes dans les camps de démobi­li­sa­tion des anciens combat­tants et combat­tantes, comme ici à Arauca en Colombie, sont ainsi pris en compte et intégrés aux actions mises en œuvre par la mission de l’ONU.

Lors des prépa­ra­tions aux opéra­tions organi­sées par le Centre pour les missions inter­na­tio­nales de paix (ZIF) à Berlin, les experts civils se forment à l’analyse des situa­tions selon des critères relatifs à l’égalité des sexes : comment les hommes et les femmes sont-ils touchés diffé­rem­ment par la situa­tion ? Quels rôles les diffé­rents groupes sociaux jouent-ils dans les conflits ? Comment exploiter active­ment le poten­tiel constitué par exemple par les militantes pacifistes dans le processus de paix ? En se fondant sur ces analyses de genre, les experts apprennent à intégrer cette dimen­sion dans leur travail et à prendre en consi­dé­ra­tion les diffé­rences de genre en termes d’impact, de besoins et de contri­bu­tions. Cette démarche permet de mieux adapter les mesures et les initia­tives de paix au contexte local et de mieux cibler les besoins des personnes, hommes, femmes ou autres. C’est un grand pas en avant pour conso­lider durable­ment la paix.

Allemagne

Forma­tion à la dimen­sion de genre dans les missions de paix

Parte­naire du projet
le Centre pour les missions inter­na­tio­nales de paix (ZIF)

Les conflits n’ont pas les mêmes réper­cus­sions sur tout le monde – ceux-ci sont vécus diffé­rem­ment en fonction de certains facteurs tels que le rôle des personnes dans la société, leur âge ou encore leur sexe. Tous ces facteurs doivent être pris en compte lors de la mise en œuvre des mandats d’opérations de maintien de la paix. Depuis le programme « Femmes, paix et sécurité », le Conseil de sécurité de l’ONU consi­dère comme une mission de paix et de sécurité l’égale parti­ci­pa­tion des personnes, hommes, femmes ou autres, à la préven­tion des crises, aux processus de paix et à la conso­li­da­tion de la paix.

Par exemple, la plupart des mandats d’opérations de maintien de la paix des Nations Unies se réfèrent au programme « Femmes, paix et sécurité ». Les missions de paix doivent donc analyser et prendre en compte dans l’ensemble de leurs domaines d’action les diffé­rents besoins et expériences des personnes quel que soit leur genre (« intégra­tion de la dimen­sion de genre »). Dans les conflits où les violences sexuelles sont large­ment répan­dues, la protec­tion contre ce type de violences et contre les violences sexistes fait expli­ci­te­ment partie du mandat de la mission.

En coopé­ra­tion avec la GIZ (Deutsche Gesell­schaft für Inter­na­tio­nale Zusam­me­nar­beit GmbH), le Centre pour les missions inter­na­tio­nales de paix (ZIF) a mis en place une forma­tion pour les forma­teurs en anglais sur l’intégration de la dimen­sion de genre. Le cours « Training of Trainers – Integra­ting a Gender Perspec­tive in Training » présente ainsi les techniques et outils de l’intégration de la dimen­sion de genre et permet aux personnes qui le suivent de mettre en pratique cette notion dans leurs ensei­gne­ments de manière pédago­gique. Tous les forma­teurs et forma­trices du ZIF sont encou­ragés à y parti­ciper et conseillés sur la manière d’inclure l’intégration de la dimen­sion de genre dans leurs cours.

Allemagne

Prêt(e)s à affronter les dangers des missions de paix

Parte­naire du projet

le Centre pour les missions inter­na­tio­nales de paix (ZIF)

« Les opéra­tions de maintien de la paix sont un instru­ment impor­tant pour la préven­tion des crises et la gestion des conflits au niveau inter­na­tional. Elles contri­buent à prévenir la violence, à faire respecter un cessez-le-feu et à créer une paix durable », explique la direc­trice du Centre pour les missions inter­na­tio­nales de paix (Zentrum für Inter­na­tio­nale Frieden­seinsätze, ZIF), Almut Wieland-Karimi. Pour le compte du minis­tère fédéral des Affaires étran­gères, le ZIF envoie actuel­le­ment environ 160 expertes et experts civils en mission. Par ailleurs, l’Allemagne parti­cipe aussi aux missions des Nations Unies, de l’Union européenne, de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopé­ra­tion en Europe (OSCE) et d’autres organi­sa­tions régio­nales et inter­na­tio­nales en y détachant des soldates et des soldats ainsi que des forces de police.

Les opéra­tions inter­na­tio­nales de maintien de la paix repré­sentent des défis impor­tants pour les forces d’intervention civiles et militaires : ils travaillent en situa­tion de crise et d’urgence humani­taire et peuvent se retrouver exposés à des dangers ou des situa­tions extrêmes. Comment réagir face à certaines situa­tions ? Comment se protéger, comment soutenir les autres ?

La forma­tion sur les mesures de sécurité actives pour hommes et femmes dans le cadre du Hostile Environ­ment Aware­ness Training (HEAT) prépare les participant(e)s aux opéra­tions de maintien de la paix à affronter les dangers possibles de leur travail sur le terrain. Les parti­ci­pantes et parti­ci­pants ont l’opportunité de mettre à l’épreuve leur compor­te­ment dans diverses situa­tions de danger, de l’analyser et de tester leurs propres limites. Le compor­te­ment adéquat pour soutenir émotion­nel­le­ment les victimes de violence sexiste y est tout autant appris que les aspects concer­nant la sécurité des femmes en mission.

Le minis­tère fédéral des Affaires étran­gères soutient partout
dans le monde des projets dans ces domaines :